Hôpital Léon BérardHyèresCentre de rééducation
et rédaptation fonctionnelle

Accueil > Communications > Actualités > Communiqué en réponse à une campagne diffamatoire développée sur les réseaux sociaux

Communications

Communiqué en réponse à une campagne diffamatoire développée sur les réseaux sociaux

Un utilisateur de Facebook a posté sur son compte une photo prise à la Déchetterie de la Commune de Hyères, montrant une benne de pré-tri contenant des fauteuils-roulants, assortie d’un commentaire diffamatoire dénonçant l’Hôpital Léon Bérard qui jetterait à la benne des fauteuils-roulants « presque neufs ».

Ce post a été repris et partagé des milliers de fois en attentant ainsi à la vérité, et avec l’intention de salir la réputation de l’Hôpital Léon Bérard.

Un post émanant d’un professionnel de l’Hôpital Léon Bérard a été publié plus tard sur la page Facebook concernée et a permis de rétablir la vérité des faits : il ne s’agissait pas d’équipements « presque neufs » mais de fauteuils réformés datant de plus de 15 ans et ne correspondant plus aux normes de sécurité pour les personnes utilisatrices, ce qui en outre interdisait toute possibilité de les donner à qui que ce soit :

« Je travaille à Léon Bérard. Les fauteuils avaient plus de 15 ans et n’étaient d’ailleurs plus utilisés. On ne peut donc pas dire qu’ils étaient « presque neufs »... Cette quinzaine de fauteuils reformés (et non 30) étaient tous en mauvais voire très mauvais état et pouvaient présenter des problèmes pour la sécurité des patients (freins, roues, assise défoncée, point de rouille, etc). Impossible et immoral d’en faire don à des organisations humanitaires. D’ailleurs, l’hôpital a déjà envoyé du matériel en Afrique et en Asie à plusieurs reprises, mais à chaque fois, le matériel n’était pas dangereux ! Personne ne se pose la question des casses de voitures : les voitures y sont hors d’usage et stockées, et personne n’aurait l’idée de vouloir les récupérer pour les donner ... c’est pareil pour le matériel médical : quand il est vieux et vétuste, mieux vaut le jeter et pas n’importe où (dans une déchetterie prévue pour ça). »

Il n’est pas possible qu’un établissement de santé puisse se permettre de donner à qui que ce soit des équipements qui ne seraient plus aux normes de matériovigilance, ou qui ne seraient pas conformes au plan de la sécurité.

L’établissement s’efforce de faire durer le plus possible ce type d’équipements, en utilisant les pièces détachées de certains fauteuils en les remettant sur d’autres, mais à la condition que lesdits fauteuils demeurent conformes aux normes de matériovigilance et de sécurité. En effet, avant d’être éliminés faute de pièces de rechanges disponibles chez les fournisseurs, ces fauteuils sont d’abord stockés un certain temps sur le site de l’établissement puis sont réformés. Les 18 fauteuils cassés ou dangereux ont fait l’objet d’un procès-verbal de mise à la réforme.

L’Hôpital Léon Bérard a déjà, à de multiples reprises, financé ou contribué à financer des convois humanitaires en direction du Vietnam (2 fois), du Mali (1 fois), du Niger (2 fois), mais à chaque fois en y adressant des équipements certes inutilisés, mais conformes aux normes en vigueur en France. A titre d’exemple, lorsque l’établissement adressait des conteneurs comportant des lits, à chaque fois ceux-ci étaient accompagnés d’envoi de matelas neufs, et non des anciens matelas (mis à la benne ceux-là). La solidarité dans le domaine humanitaire doit se faire sur la base des mêmes exigences de sécurité et de confort pour les personnes, quels que soient leurs lieux de résidence.

L’Hôpital Léon Bérard continuera d’œuvrer pour que les patients hospitalisés qu’il prend en charge tous les jours, puissent continuer à bénéficier des équipements à tous égards les plus performants.

Rechercher


© Hôpital Léon Bérard - Plan du site - Crédits - Nous contacter